Vous pouvez télécharger l’application de « contact tracing », qui permet d’être alerté si vous avez été en contact avec une personne infectée par le Covid-19.

 

Alors que le déconfinement vient d’entrer dans sa deuxième phase, l’application StopCovid, développée par l’Inria (l’Institut national de recherche en informatique et en automatique) avec l’aide d’acteurs industriels et des organismes publics, vient d’être mise en ligne sur les stores de Google et d’Apple. L’objectif de l’application est de limiter la propagation du virus sur le territoire, en alertant les utilisateurs qui ont été à proximité d’une personne testée positive.

Une interface claire et lisible

Le point fort de l’application StopCovid est le design claire et lisible de son interface, dessinée par l’entreprise savoyarde Lunabee Studio. Dès l’ouverture de l’application, l’utilisateur est invité à accepter les conditions d’utilisation. Puis, 3 étapes sont proposées :

  1. J’active l’application,
  2. Je reste informé(e),
  3. Je protège mes proches et les autres.

En activant l’application, l’utilisateur permet à StopCovid de pouvoir utiliser le Bluetooth en tâche d’arrière-plan. C’est grâce à cette fonctionnalité que l’appli va pouvoir détecter les smartphones connectés à StopCovid situés à moins d’un mètre pendant 15 minutes, à partir d’un identifiant généré de manière aléatoire et actif durant 14 jours.

La gestion de la confidentialité et la protection des données

3 onglets sont proposés au sein de l’application StopCovid : protéger, me déclarer et partager. Le premier vise à « protéger les autres » en activant l’application. C’est ici que vous pourrez accéder à la gestion de vos données. Une FAQ répond aux différentes  questions liées à la confidentialité de l’application. Le deuxième onglet permet de déclarer un cas positif, tandis que le dernier recommande aux utilisateurs d’inciter leur entourage à utiliser l’application. « Plus nous sommes nombreux à utiliser StopCovid et mieux nous sommes protégés », précise l’appli dans l’onglet Partager.

Comme précisé dans l’interface, StopCovid n’utilise que le Bluetooth. « Vos données de géolocalisation ne sont ni enregistrées ni échangées ». Les données utilisées sont indéchiffrables et restent stockées sur le mobile de l’utilisateur pendant une durée de 14 jours. Il est également possible d’effacer ses propres données sur son téléphone ainsi que les identifiants éphémères qui ont été remontés sur le serveur : les vôtres comme ceux des mobiles que vous avez croisés. StopCovid ne requiert aucune inscription et vous pouvez désactiver l’application à tout moment, si vous le souhaitez. Le bouton Je désactive StopCovid faisait partie des conditions imposées par la CNIL au gouvernement en vue du lancement de l’application.

La déclaration d’un cas positif

Si vous avez effectué un test qui s’est révélé être positif, l’application vous invite à scanner le QR code remis par votre laboratoire ou votre médecin, ou en saisissant son identifiant. Il s’agit d’un code qui ne comporte « aucune information personnelle » et qui est « valable 30 minutes ». Lors de cette opération, le serveur ne télécharge pas l’identifiant de la personne infectée par le Covid-19 mais celui des smartphones – ceux ayant activé StopCovid -, qui ont été détectés par l’application au cours des 14 derniers jours, afin de leur envoyer une alerte sur leurs mobiles. L’historique des alertes peut être supprimé dans la gestion de ses données.

Les premiers tests effectués en version bêta par un panel d’utilisateurs n’ont pas révélé d’impact sur l’utilisation de la batterie ni sur celle du Bluetooth. Reste à savoir désormais si l’application sera massivement utilisée par les détenteurs de smartphones en France pour obtenir des résultats probants en vue d’empêcher la propagation du virus. Le secrétaire d’État au numérique Cédric O n’a pas souhaité donner d’objectif de téléchargements pour l’application StopCovid.

L’application a été lancée vers 16h le mardi 2 juin sur le Play Store de Google, puis vers 19h sur l’App Store.

Source : DBM